AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsque l'ennui devient divertissement {Tobias}

Aller en bas 
AuteurMessage
Jack S. Beckets

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 28
pseudo : Grunchy
citations : C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.

MessageSujet: Lorsque l'ennui devient divertissement {Tobias}   Jeu 15 Juil - 14:41




“ Moi je joue à joue contre joue. Je veux jouer à joue contre vous, mais vous, le voulez-vous? ”


Un rayon de soleil pointait le bout de son nez, caressant les jambes de toutes ses petites hystérique qui perdaient un centimètre de tissus au fur et à mesure que les degrés augmentaient. Si cela continuait de la sortes, on allait bientôt le retrouvez nues comme des vers !!! Enfin, je n'étais pas certaine que cela pourrait être pire que les tenues qu'elles portaient. Était-il possible de mettre autant de dentelle, de froufrou et de bijoux !? Apparemment oui. Leurs éclats de rire étaient aussi faux que leurs ongles et leurs couleurs de cheveux. En plus, ces pauvres petites créatures qui cherchaient tant bien que mal à attirer l'attention sur elles, sentaient le bébé prostitué. Les pauvres chéries. Ses pauvres petites saintes ni-touches dont le rire exacerbait mes pauvres petites oreilles. Un mot, un seul de n'importe quel Apollon des environs leur écarterais les cuisses. Pourquoi payer des catins alors que des filles comme elles se promenaient dans les rues d'Edimbourg. Aaaah ne vous méprenez pas, il n'y avais nullement de jalousie dans mes pensées. Non, non, non et non, certainement pas. Certes j'étais du genre à passer pour une fille facile, mais uniquement quand je le désirais. Et puis, je n'avais pas leur médiocrité. Hm, non. J'étais tellement mieux que ces petites barbies qui, la bouche en cœur, juraient devant le bon Dieu être des anges.

J'étais lasse de les regarder parader sous mon nez. Elles ne méritaient guère l'attention que je leur portais. Infâmes petites trainées. Une impulsion de ma main contre le banc sur lequel j'étais installée, et je quittais les galeries du centre commercial. Laissant l'imbécilité de leur cris de crécelle envahir les lieux. Je retrouvais l'extérieur. Un légère brise vint faire danser mes cheveux roux. Le soleil trônait dans un ciel d'un bleu savoureux, seul quelques nuage paressaient dans le ciel, rond et gourmand. A travers mes lunettes de soleil, mes orbes glacées se promenèrent sur les passants. Je recherchais déjà un endroit plus calme, plus tranquille où je pourrais me centrer sur ma petite personne plutôt que de ne m'occuper que de la nullité de ceux qui m'entouraient. La chaleur était de la partie, comme je l'avais supposé en voyant les tenues de nos chères catins dont je vous parlais tout à l'heure.

Les talons frappaient le sol, rythmant mon avancée gracieuse et souple dans les rues de la ville. J'empruntais des ruelles sombres, me protégeant du soleil. Astre terrible que l'on qualifiait de majestueux !!! Si c'est réellement ce qu'il était, pourquoi disparaissait-il chaque nuit pour laisser sa place à un tout autre astre, la Lune. La lune et le soleil. Tu parles. Ce n'était que des lumières qui partageaient leur temps, incapable de régner seul sur le monde. L'un régnait sur le jour et l'autre sur la nuit, mais aucun d'entre eux n'avait réussit à régner sur le monde. Moi, j'étais tellement mieux, tellement plus complète, je ne laissais personne illuminé mon propre royaume. Non, je régnais en maitre unique, en despote tyrannique qui n'acceptait nullement que l'on s'approche du trône que j'occupais. Je me délectais de cette fraîcheur que me procurait les coins sombres et obscures. Là encore, je prouvais au soleil que j'étais meilleur que lui, prouvant à ce stupide astre qu'il y avait des endroit où il ne pouvait pas briller, des endroits qu'il ne pouvait caresser de sa chaleur et de sa lumière? J'étais plus forte que lui.

Un nouvelle brise souffla, douce et légère, elle m'enveloppa jusqu'au port. C'était un coin tranquille où les bateau n'amarrait jamais. Entre l'ombre et la lumière. Je me débarrassais rapidement de mes escarpins pour avancer sur le ponton. Oh surprise, je n'étais pas la seule à avoir choisi cette endroit tranquille pour m'isoler. j'aurais sans doute été furieuse si cela n'avait pas été l'un de mes jouets. Aaah grandeur, le ciel l'avait envoyé à ma perfection pour m'extraire de l'ennuie qui me guettais. Nul n'aurait plus le prévenir de ma présence, je m'approchais silencieusement de lui, je me posais derrière lui et glissais l'une de mes mains contre ses yeux. Je relâchais mes chaussures contre le ponton pour glisser ma main contre son épaule. Aaaah que j'aimais jouer avec lui. Je vins délicatement lui mordre l'oreille. Silencieuse, aucun son ne sortit de ma bouche pour trahir ma personne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lorsque l'ennui devient divertissement {Tobias}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
last request :: edinburgh, the temple of their souls :: leith-
Sauter vers: