AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 19:34


© gipsy

Neil ADAMSON
feat Ryan Gosling
♠ âge : 29 ans ♠ nationalité : écossaise ♠ profession : médecin urgentiste ♠ orientation sexuelle : hétérosexuelle ♠ groupe : the deaths have souls


no way to be


CHILDHOOD; «Les jeux d'enfants ne sont pas jeux.»

Montaigne.


      « Pan! »

    Le doigt pointé de Jonathan vers lui fit froncer légèrement le sourcil de Neil. C'était un tic qu'il avait à chaque fois qu'il se sentait aussi perplexe qu'en moment, et qui rendait ses parents fous de rage puisqu'ils trouvaient ça trop hautain et malpoli.

      « T'es mort! »
      « Nan, c'est même pas vrai d'abord! »

    Neil n'aimait pas jouer à ce jeu ridicule du gendarme et du voleur. D'abord, c'était toujours lui le gendarme, et il aurait bien aimé avoir le rôle du méchant pour une fois. Et en plus, son frère était un sale tricheur qui, même quand il l'avait désarmé, trouvait toujours l'excuse d'avoir un second pistolet, ou un retournement de situation improbable et dans sa tête de petit garçon de huit ans, non, ça n'allait pas. Jonathan était le plus fantaisiste des deux, alors que Neil était un peu trop cartésien pour son âge. Il passait son temps à regarder des documentaires alors que son frère créait des villes entières pour ses Playmobil qui volaient, sautaient trop haut, et ça, ça n'était pas possible. On ne sautait haut comme ça que sur la lune, il avait vu ça à la TV. Ca s'appelle la gravité, avait-il dit à son frère qui avait haussé les épaules avant de sortir un cheval qui sembla se téléporter à l'autre bout de la pièce quand son frère partit avec lui en trombe.

      « Mais si, t'es mort. J'avais un pistolet dans ma botte. »
      « Non, c'est même pas possible. T'as même pas de bottes. »
      « Mais si j'en ai! C'est des fausses, mais dans le jeu j'en ai! »
      « Non, tu dis n'importe quoi. Et puis de toute façon, je suis pas mort, et c'est tout. »
      « MAMAN!!!!! »

    Hannah arriva sur le lieu du crime, l'air las. C'était toujours la même histoire, et avant même que son fils ne lui explique le problème, elle savait déjà ce qu'il se passait. Elle ne comprenait toujours pas comment deux frères jumeaux puissent être à ce point différent. Ils étaient physiquement identiques, avaient le même sourire, le même regard profond. Ils s'entendaient même en général plutôt bien, mais la complicité avait tendance à s'étioler depuis que Neil devenait plus sérieux alors que Joe grandissait moins vite et jouait encore aux voitures de course alors que son frère s'en était totalement désintéressé.

      « Maman, j'en ai marre, il veut pas jouer aux bonnes règles. Je lui tire dessus et il dit qu'il est même pas mort. »
      « Neil, mon chéri, tu sais, ça n'est pas grave. On perd de temps en temps et … »
      « Non! C'est pas vrai, j'ai pas perdu. Je lui ai volé son pistolet. »

    Il tendit un revolver en plastique qu'il avait coincé à sa ceinture. Ca, même s'il savait que c'était un faux, il pouvait arriver à faire semblant. Ca, si on lui tirait dessus avec, il voulait bien faire croire qu'il était blessé. Mais pas avec un index tendu vers lui. Oh, ça non.

      « Mais j'en avais un autre! »
      « Tu vois mon coeur. Il faut juste faire semblant. C'est comme ça que vous jouez depuis toujours. »
      « Oui mais maman, moi je veux pas faire semblant d'être mort. »

    Hannah, sentant que son fils était bouleversé en disant cette phrase, s'agenouilla près de lui et lui releva le menton.

      « Pourquoi Neil? Ca fait parti du jeu pourtant. »
      « Et bin c'est nul. Parce qu'un jeu, ça doit être drôle et la mort, ça l'est pas. »

    Neil partit comme une flèche dans sa chambre. Hannah, quand à elle, venait enfin de comprendre pourquoi son fils avait un comportement aussi étrange ces derniers temps. Jonathan, touché par la détresse de son frère, s'apprêtait à le rejoindre quand il tira sur le t-shirt de sa mère pour attirer son attention.

      « Dis, maman. C'est parce que papy est au ciel que Neil veut plus que je lui tire dessus pour du faux? »


ADOLESCENCE; «L'on hait avec excès lorsque l'on hait un frère.»

Jean Racine.


      « Casse-toi! Tu n'es plus rien pour moi! »

    Neil ne broncha pas. Il se tenait face à celui qui l'assassinait depuis déjà un bon moment à coup de phrases dans ce genre. Mais cette fois-ci, c'était plus fort. Plus extrême. Il regarda ce visage qu'il connaissait par coeur, les moindres traits, les moindres expressions. Depuis quelques temps, elles s'étaient faites plus différentes. Les yeux dans le vague. Des cernes marquées, trop profondes pour n'être dues qu'à une absence de sommeil. Ce visage, c'était le sien dévasté par les effets de la drogue.

      « Joe, tu es... »
      « Arrête! Ne me touche pas!  »

    Son frère eut un brusque mouvement de recul. Neil soupira. C'était toujours lui que ses parents envoyaient le chercher dans les squats les plus mal famés pour essayer de le raisonner. C'était lui qui se chargeait de réconforter sa mère quand Jonathan avait un coup de folie parce qu'il était en manque. C'était lui qui regardait, impuissant, son père plonger dans le whisky pour oublier ne serait-ce qu'un instant que l'un de ses fils n'était plus qu'une épave accro à la poudre.

    Ca s'était passé il y avait de ça quelques mois. Malgré leurs quelques différents durant leur enfance, Neil et Joe avaient toujours été inséparables. Les sorties le week-end, fumer une cigarette en cachette à la fenêtre et allumer un peu d'encens pour dissiper l'odeur, draguer les jolies filles, ils avaient passé leur adolescence ensemble, vécu leurs expériences en commun. Ils avaient appris à être eux-même, mais toujours avec l'autre derrière. Neil était, puisqu'il en fallait toujours un, le plus dominant des deux, peut-être parce qu'il était un peu plus indépendant mais n'avait cherché à prendre le dessus sur son frère.

    Et puis, voilà. Il y avait eu la remise des diplômes, la cérémonie en grande pompe, les parents éclatants de fierté, et le choix de l'université. Joe était l'artiste de la famille, Neil, toujours aussi attiré par les sciences, voulait sauver des vies. La séparation fut difficile pour l'un comme pour l'autre, mais tout allait pour le mieux, semblait-il. Ils revenaient tous les soirs chez eux, et bien que Neil était surchargé de travail, ils s'arrangeaient pour passer du temps à deux. Sauf que Mel fit son apparition dans la vie de l'apprenti médecin. Et le littéraire ne vit pas tout ça d'un très bon oeil. Des filles, il y en avait eu. Ca n'avait jamais duré très longtemps. Le jumeau prenait toujours le dessus sur la concurrente et puisque ça fonctionnait ainsi, il ne fallait rien y changer. Mais Mel... Elle résista. Ils allaient au restaurant, sans lui. Neil allait découcher, sans lui. Mel l'emmenait voir des films qu'il adorait voir, mais il n'était pas souvent convié. Elle était l'élément de trop dans leur vie. Il fallait recentrer l'attention de Neil sur lui. Et un rail de cocaïne lui sembla être un bon début.

    Le rail était devenu une habitude trop fréquente. Joe prenait un peu trop souvent le train. Neil lui disait d'arrêter, mais ne laissait toujours pas tomber celle qu'il fallait faire partir loin. Elle s'accrochait. Il s'accrocha aussi à sa nouvelle dame blanche qui détruisait lentement les parois de son nez. Et son plan fonctionna à merveille. Sauf qu'il n'avait pas prévu qu'il perdrait le contrôle à ce point.

      « Jonathan, tu es complétement défoncé. Maman est en larmes. »

    D'habitude, mentionner leur mère suffisait à faire naître une once de regret chez son frère mais cette fois, ça ne marcha pas comme ça. Une lueur étrange passa dans le regard de son alter ego et une goutte de sang émergea de son nez. Six mois qu'il augmentait les doses, ça commençait à être trop pour son corps.

      « Tu saignes. Viens, je vais te... »
      « Ah ouais? Bien sûr, môsieur le médecin a toujours la réponse miracle. Môsieur le médecin fait tout mieux que tout le monde. Il a une petite amie, un boulot qui va être formidable.  »

    Il s'approcha de Neil, qui sentit une odeur de vodka émaner de ses lèvres abîmées. Ca empirait décidément de jour en jour. Tout dans son attitude trahissait une envie de dominer, de provoquer son aîné. Neil ne cilla pas, bien que tout cela était difficile à encaisser pour lui.

      « Tu sais quoi mon vieux? On va faire quelque chose de très simple. Tu pars de ton côté, je pars du mien. Et tout ira beaucoup mieux. »

    Bien qu'il savait que c'était la drogue qui parlait, Neil trouvait que son frère avait l'air extrêmement lucide en prononçant ces mots. C'était d'ailleurs cette impression qui créait ce noeud de stress au creux de son ventre.

      « A partir d'aujourd'hui, à mes yeux, tu es mort.»

    Le sang-froid de son jumeau lui glaça le sang. Il le vit s'enfoncer dans la pénombre du squat et partit à sa recherche. Lui faire entendre raison. Mais il ne le trouva pas. Il ne savait pas encore que c'était la dernière fois qu'il allait le voir. La drogue venait de lui arracher la moitié de lui même. Et au fond de lui, il était persuadé qu'il était responsable de ce désastre. Il sut qu'à partir de ce jour, il ne serait plus jamais le même. Il ne se doutait pas à quel point il avait raison.


Dernière édition par Neil Adamson le Mar 3 Aoû - 23:49, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 19:34

BEING AN INTERN; «Ce ne sont pas ceux qui sont
insensibles qui font les meilleurs médecins.
»

Claire de Lamirande.


      « Du temps. Encore un peu de temps... »
      « Mais nous n'en avons pas, docteur. »

    Docteur... C'était encore tout neuf pour lui, ce titre. Il considérait que c'était un honneur que d'être appelé comme ça alors qu'il n'était qu'un simple interne, mais ça n'était pas le moment pour lui de gonfler son orgueil. Ses mains noyées du sang d'un autre, il essayait de maintenir son bandage alors que son patient était dans un état sévère. Les bips des machines résonnaient avec violence, mais c'était à peine si on les entendait dans le chaos environnant. Le réveillon du nouvel an était toujours un moment très pénible pour les médecins, et le jeune urgentiste qu'il était avait un peu de mal à prendre une décision immédiate sans titulaire à ses côtés. Ils étaient tous occupés, un allumé ayant poignardé un groupe de gens dans la rue sans raison.

      « Docteur Adamson, il faut que... »
      « Je sais!  »

    Oui, il lui fallait trouver une solution, et rapidement. L'hémorragie était incontrôlable et tout ce qu'il avait pu faire jusqu'alors n'avait rien su arranger. Ses bras lui faisaient mal à force de comprimer la plaie, mais ça lui importait peu. Il essayait juste de se concentrer le plus possible sur ce qu'il fallait faire, mais il avait l'impression de n'être bon à rien. Le sang débordait de ses mains comme si elles n'étaient que des barrages inutiles et sans que personne ne sache pourquoi, le patient se mit à convulser avant de faire un arrêt cardiaque.

    Neil poussa sans délicatesse une infirmière pour qu'elle prenne le relai et attrapa un défibrillateur. Il avait fait la procédure des dizaines de fois, mais il détestait ce flottement après, à savoir si cela avait fonctionné ou pas.

      « Chargez. »

    Le corps se secoua dans un soubresaut caractéristique et l'attente insoutenable commença. Il scruta d'un air désespéré le moniteur, espérant récupérer un pouls pour trouver un moyen de sortir ce gamin de là. Il devait avoir à peine quinze ans, et il savait que derrière le mur des urgences, ses parents attendaient qu'un médecin, en qui ils avaient placé toutes leurs espérances, sauve leur fils. Cette pression lui pesa énormément, encore plus quand il fixa cette longue ligne mortelle qui ne présentait aucune courbe salvatrice.

      « Chargez! »

    Il répéta l'opération. Encore, encore... Encore. Jusqu'à sentir un bras insistant le tirer en arrière. Mais tout ce qui était autour lui devenait flou. Non, non. C'était un gosse, un enfant qui s'était fait frapper par la folie humaine. La mort n'avait pas le droit de venir le chercher comme ça. C'était injuste, c'était ce pour quoi il avait décidé de faire ce boulot là et il refusait à chaque fois de perdre. Son titulaire préféré lui avait un jour dit que c'était ce qui faisait de lui un médecin aussi extraordinaire, et que c'était le jour où il s'y habituerait qu'il faudrait s'inquiéter.

      « C'est terminé docteur. »
      « Non, pas encore. »
      « Prononcez l'heure. »

    Le temps sembla s'accélérer tout à coup et le bip interminable lui imposa la vérité. Il ferma les yeux un cours instant. Encore une fois, il avait lutté contre l'inéluctable et il n'avait pas réussi. C'était quelque chose qu'il se devait d'accepter mais chaque échec était cuisant. Douloureux. Comme si le poignard était venu percer sa propre chair.

      « Heure du décès, 1h27.»

    Il ôta ses gants en vitesse, les jeta avec violence dans une poubelle et évacua le lieu aussi rapidement que possible. Oui, on avait peut-être besoin de lui aux urgences, mais il était incapable de faire quoi que ce soit à l'instant même. Il rejoignit les toilettes en claquant la porte avec force et vomit tout ce qu'il avait en lui. Ca n'était pas à cause de tout ce sang, ni parce que tout ce stress le détraquait. C'était parce qu'il se sentait totalement impuissant et qu'il souffrait, de ne pas avoir fait son maximum, de ne pas avoir repoussé la mort du corps d'un gosse de 15 ans.

    Il sentit une main bienveillante se poser dans ses cheveux. Il releva légèrement la tête, haletant. Ca ne pouvait être que Jennifer, l'infirmière qui l'avait assisté à l'instant. Elle avait toujours cette tendresse rassurante envers lui.

      « Vous ne pouviez rien faire de plus.»
      « Je ne suis qu'un interne, j'ai forcément oublié quelque chose.  »
      « On ne peut pas sauver tout le monde. »
      « On ne peut pas laisser un enfant mourir comme ça. »
      « Vous ne l'avez pas laissé tomber. Vous avez fait tout ce que vous pouviez. »

    Neil savait qu'elle disait vrai. Pourtant, ce noeud au ventre ne le quittait pas. Car arrivait l'épreuve la plus difficile.

      « Mais maintenant... »
      « Oui, je sais. Les parents sont dans le couloir sud-est.»

    La mort avait encore gagné. Elle allait à nouveau dévasté des coeurs, des âmes, des vies. Et au final, il le savait, elle gagnerait toujours. Il ne faisait que repousser l'échéance. Et il lui fallait l'accepter pour mieux lutter contre elle.


ABOUT LOVE; «Si vie et mort joignent leurs doigts
pour t'étrangler...
»

Roger Rabiniaux.


      « Allez, vas-y, pends-toi...»

    Neil ferma les yeux un instant. Ce genre de provocation était tellement habituel qu'il aurait pourtant du ne plus y prêter attention. Et pourtant... Une fois de plus, son coeur sembla rater un battement. Quand arrêterait-elle enfin tous ces choses? Il eut envie de s'allumer une cigarette mais s'abstint de faire le moindre mouvement. Surtout, ne rien faire. Ne pas bouger. Laisser couler le temps jusqu'au dénouement. Compter mentalement. Une. Deux. Trois.

    Bon sang, elle semblait sérieuse. Comme toujours. Neil ressentit la décharge d'adrénaline qui accompagnait en permanence ce genre de phrase et un frisson parcourut toute son échine. Il rouvrit les yeux et planta son regard bleu glacé dans celui de Nelly. Neil et Nelly... quelle ironie. Des prénoms si semblables et des caractères si outrageusement différents. Il lut dans ses yeux sombres qu'elle ne plaisantait pas. Comment pouvait-elle dire cela? Et le penser?

    Longtemps il s'était promis de fuir à sa prochaine demande insensée. Il pensait à l'époque en être capable. Et à chaque fois, comme aujourd'hui, ses pieds restaient cloués au sol. Il avait envie d'hurler, de courir à toutes jambes loin d'elle. Elle était trop toxique. Au lieu de ça, il restait à la regarder, sans pouvoir détacher son regard du sien. Quels pouvoirs pouvait-elle bien avoir? Elle était si impressionnante, si terrifiante.

      « A mon cou bien sûr, mon chéri. »

    Elle éclata de ce rire cristallin qui la caractérisait mieux que tous les mots du monde. Un rire qui aurait pu briser n'importe quel espoir, n'importe quelle envie si elle n'en voulait pas. Un rire qui déchirait l'air sur son passage. Qui faisait presque mal à entendre. Elle sauta dans ses bras et instinctivement, il la rattrapa. Si seulement il avait eu le courage de la laisser tomber, au sens propre comme au figuré. Elle lui faisait trop de mal. Et Nelly riait, dans ses bras, lui demandait de tourner plus vite encore et il s'exécutait. Neil avait honte. Il était devenu l'ombre de lui-même. Il n'était même plus à proprement parler un homme. Tout juste était-il un chien. S'il n'avait pas de laisse, c'était qu'il n'en avait pas besoin. Elle faisait de lui ce qu'elle voulait. Et le cercle infernal de l'humiliation continuait.

      « Mort! »

    Encore. Oui, encore une fois, elle avait ce mot à la bouche. Ce mot qui sonnait à la fois comme une étrange délivrance quand elle le prononçait avec cet éclat dans le regard qui le brisait à chaque fois. Il faillit presque la lâcher mais ses muscles tinrent bon. Il discerna entre ses lèvres teintées de gloss une de ses canines étrangement acérées. Elle était presque vampirique, hormis ce détail physique atypique. Elle lui volait tout, son énergie, sa joie de vivre, son indépendance. Sa personnalité. Il n'était alors plus rien, qu'un pantin grotesque qui craignait à chaque fois qu'elle n'aborde le sujet. Si seulement il avait su alors qui se cachait derrière l'ange étrange dont il ne pouvait aujourd'hui se détacher. Elle avait trop bien caché son jeu. Et maintenant qu'il était à ses pieds, pour il ne savait plus vraiment quelles raisons, elle montrait sa vraie personnalité. Si noire qu'il n'osait même plus boire de café de peur qu'il y reflète son âme.

      « Mords-moi! »

    Nouvel éclat de rire. Non, maintenant il n'en pouvait plus. A chaque nouvelle lune, c'était un supplice qui s'éternisait. Il fallait que cela cesse.

    Mais déjà, ses pieds foulaient à nouveau le sol et l'entrainaient en direction de la chambre. Sa démarche langoureuse, ses pas exagérément appuyés pour faire déhancher son postérieur, son regard ne suggérait plus qu'une chose désormais. Au lit, et tout de suite. Neil hésita une fraction de seconde avant de la suivre et de continuer à s'enfermer dans cette spirale infernale.


Dernière édition par Neil Adamson le Mer 4 Aoû - 0:13, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 19:34

THIS IS IT; «Il n'y a pas d'explication à la mort.
Elle entre, elle vous arrête au milieu d'une phrase:
"Non, c'est fini." et claque la porte.
»

Anthony Burgess.


      « DEHORS!»

    Les jours s'écoulaient comme si le temps n'avait plus aucune portée sur Neil. Les cernes sous ses yeux s'accentuaient un peu plus chaque matin et permettaient d'avoir un aperçu de son manque de sommeil. Il ne dormait pas, plus, depuis que...

    Deux gardes. Il avait enchainé deux gardes sans broncher, sans même le dire à qui que ce soit. Le travail l'occupait. Aider les gens lui faisait du bien. Mais il s'était fait taper sur les doigts par Rose, l'infirmière en chef matriarche. S'il continuait à se tuer à la tâche, elle s'arrangerait pour lui coller un arrêt maladie. Grommelant, il sortit tirer une dose de nicotine salvatrice sans pour autant s'éloigner de l'hôpital. Rentrer chez lui, c'était affronter ses démons. La solitude ne lui allait décidément pas du tout. Il avait tellement souhaité cette rupture que quand elle était survenue, il avait cru être délivré. Pour au final se rendre compte qu'il ne savait plus vivre seul.

    Même dehors, sous cette pluie battante, à fumer une cigarette, ne pas avoir de compagnie le perturbait. Il brava l'interdiction de Rose en rentrant à nouveau au service des urgences, mais un geste significatif d'Annabelle, l'interne qui était désespérément sous son charme lui révéla que l'infirmière aurait sa peau si elle le voyait dans les parages. Ses pas le menèrent jusqu'au service de chirurgie où il décida d'aller voir Molly, une patiente dont il s'était occupé dès son arrivée et à laquelle il s'était attachée. Un carambolage sur l'autoroute, la jeune femme avait atterri dans son service avec de multiples fractures et face au chaos alentours, il avait dû s'occuper d'elle un bon moment avec qu'elle n'aille au bloc. Ils en avaient profité pour discuter et depuis qu'elle était là, Neil venait régulièrement la voir pour s'assurer que tout allait bien.

      « Docteur Adamson? Vous avez une mine affreuse. Depuis combien de temps vous n'avez pas dormi?»

    Amusé, Neil laissa un large sourire fatigué envahir son visage. En réalité, il avait plutôt l'impression que c'était Molly qui s'assurait toujours de sa propre santé. La jeune femme mettait un point d'honneur à vérifier que son sauveur, comme elle l'appelait, allait bien. Elle était tout bonnement adorable.

      « Tout va bien Molly. Je ne suis pas venu pour vous inquiéter. »
      « Répondez à la question. »

    Neil soupira. Tout le monde lui promettait que maintenant, le monde tournerait plus rond, qu'il lui fallait du repos et un peu de temps avant que tout ne marche comme avant. Mais seule Molly cherchait à creuser le problème. C'était peut-être pour ça qu'il revenait, inconsciemment.

      « Je ne sais plus. C'est à dire que... »
      « Si vous ne savez plus, c'est que ça fait trop longtemps. »

    Bonne réplique. Une sacrée répartie de la part de cette jeune femme à peine majeure, qui avait l'air d'en savoir tellement plus que lui sur la vie.

      « S'il suffisait de dormir, d'accord. Mais devoir affronter les cauchemars, je ne peux pas.»

    Neil ne se confiait pas tellement aux gens. Ca n'était pas dans sa nature, il était plutôt habitué à tout garder pour lui. Peut-être parce que son frère jumeau, celui dont il avait été le plus proche, l'avait abandonné. Peut-être parce qu'il avait été trop déçu par les gens. En tout cas, avec Molly, il parlait. Depuis le temps qu'il ne discutait plus qu'au travail, avec des collègues, de maladies, de mort, de coma, ça lui faisait du bien. Un peu.

      « Vous savez, les cauchemars ont toujours un sens. Si vous les bravez, vous avancerez, j'en suis certaine. »
      « Vous ne feriez pas des études de psychologie, Molly?»
      « Même pas. Mais j'ai lu Freud pour ma culture personnelle. »
      « Une sacrée culture.»
      « Ca n'est pas le sujet. Qui que ce soit, elle n'en valait pas la peine.»

    Pourquoi les femmes étaient-elles si perspicaces? Pourquoi savaient-elles toujours où frapper, où appuyer, de quoi parler? Il n'avait pas ces facultés, lui. Et c'était sans doute ça qui avait causé sa perte. Il était trop impressionné par ces femmes pleines de mystères et de pouvoirs insoupçonnés. Il ne leur faisait plus confiance. Après tout, ça avait fait trop mal.

      « Vous avez raison. Elle ne valait pas la peine que je passe trois ans de ma vie avec elle.»
      « Trois ans, ça n'est rien quand on a votre âge. Vous avez encore tellement le temps. »
      « Qui sait ce que l'avenir me...»

    Une douleur intense se répandit dans tout son corps. Le signal que des tissus se déchiraient. Un cri perçant, strident, un cri plein de peur et de détresse, brisa le silence. Molly. Neil eut instinctivement l'envie de la protéger, de la rassurer, mais il sentit quelque chose de chaud qui coulait sous sa blouse. Puis un choc. Le contact de sa tête contre le sol. Il espéra un instant perdre connaissance, mais non. En peu de temps, il localisa l'endroit où la douleur était lancinante – le flanc- avant de voir son attention se reporter sur son ventre. Sa chair qui se laissait trancher. Encore. Et encore.

    La tête lui tournait affreusement. Sa vue, trouble, lui jouait des tours et il eut le temps d'apercevoir un visage, à peu près net. Il reconnut une patiente de psychiatrie, le regard dément, et l'éclat d'une lame rougeoyante. Un point de contact, encore. Le couteau venait de lui transpercer une nouvelle fois la peau. Il sentit un liquide chaud venir glisser contre sa main. Son propre sang devait s'étaler sur le sol en une immense flaque tant il semblait en perdre rapidement. L'agitation alentours lui était à peine perceptible. Tous les sons étaient lointains, tandis qu'il s'efforçait de rester conscient. La souffrance était telle que sa respiration se faisait plus haletante, plus difficile. Il ferma les yeux un instant, prêt à ne plus jamais les rouvrir quand il reçut une claque. Ces cheveux bruns... Molly. Quelques collègues s'affairaient et déjà, on le transportait ailleurs. Où ça? Pourquoi? Il savait que tout ça ne servait plus à rien.

    Il avait passé son temps à lutter contre la mort, inéluctable pourtant, et maintenant il s'apprêtait à la rencontrer. Il avait drôlement peur, peur de ne rien trouver de l'autre côté. Rien d'autre que le néant. Il regrettait alors d'être athé. Si encore ça avait été son seul regret.

    Plus un seul bruit ne lui parvenait. Il était plongé dans un monde de silence, où il ne percevait plus rien à part les élans de son corps meurtri, blessé. A tout jamais. Il ferma les yeux à nouveau, sentit une autre gifle lui sommer de se réveiller, de ne pas sombrer dans l'inconscience mais il ne voulait plus. Lutter? Et pourquoi? Cela devait bien arriver. Il trouvait néanmoins tout ça tellement injuste. Avoir été là, au mauvais endroit, au mauvais moment. Avoir résisté des années à Nelly pour finir comme ça, dans une mare de sang, sur son lieu de travail. Avoir imprégné cette affreuse scène dans l'esprit de Molly. Même aux portes de la mort, il pensait aux autres.

    Il n'y en avait plus pour longtemps. Déjà, l'air se frayait difficilement un chemin jusqu'à ses poumons, son souffle était rauque. C'était déjà trop d'effort pour cette enveloppe charnelle, vidée. Il sut alors. Quand le coeur freina, il le sentit presque. Puis plus rien. Un long bip, strident, qui annonçait la fin.

under the skin
♠ pseudo : Lee
♠ présence sur le forum : 5/7 jours. En fait, ça varie selon les jours. J'y passe tous les jours en fait mais pas forcément le temps de m'y investir à chaque passage, surtout aux vues des études de l'an prochain ;) Mais quand j'ai une réponse à faire, j'essaye de minimiser le délai.
♠ où avez vous eu l'adresse du forum ? Par une topinette, je ne cite pas de nom moi :roll: Et j'ai craqué, je suis une faible. Pas de ma faute si ce contexte sur la mort m'a attiré (non, je ne suis pas glauque ^^)
♠ mot de fin : Miam (punaise, c'est nul)


Dernière édition par Neil Adamson le Mer 4 Aoû - 0:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias James
    la perfection propriété privée des parfaits.

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 26
pseudo : violet, sab.
crédit : georgie ♥️
citations : il faut arrêter de prendre les cons pour des gens.

no way to be
♠ âge du personnage: vingt-deux ans.
♠ activités: garçon de café.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 19:49

    Bienvenue parmi nous.
    Quel bon choix d'avatar. Ryan quoi. Je file te le réserver.
    Bonne continuation pour ta fiche.

___________________
and if you go, i wanna go with you. and if you die, i wanna die with you. take your hand and walk away, the most loneliest day of my life.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-request.bbactif.com/
Nell Baker

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 16/07/2010
pseudo : microwave
crédit : myself

no way to be
♠ âge du personnage: 24
♠ activités: editrice
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 20:25

Ryann

N'oublie Jamais avec Rachel

Bienvenuuuuue réserve moi un lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 23:51

Merci de l'accueil!

Pas de souci Nell, is t'as pas de problème avec les personnages sombres :) Enfin, j'en dis pas trop ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias James
    la perfection propriété privée des parfaits.

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 26
pseudo : violet, sab.
crédit : georgie ♥️
citations : il faut arrêter de prendre les cons pour des gens.

no way to be
♠ âge du personnage: vingt-deux ans.
♠ activités: garçon de café.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 23:55

    En tout cas, moi j'ai hâte.

___________________
and if you go, i wanna go with you. and if you die, i wanna die with you. take your hand and walk away, the most loneliest day of my life.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-request.bbactif.com/
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 23:57

    Ca devrait se faire rapidement, j'ai déjà une part de ma fichette quelque part. Mais me manque le reste de l'histoire. Ca va se trouver demain au boulot, pendant que je glanderai quand y'aura personne. Ou cette nuit. Mon cerveau fonctionne tout le temps pour la création de perso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias James
    la perfection propriété privée des parfaits.

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 26
pseudo : violet, sab.
crédit : georgie ♥️
citations : il faut arrêter de prendre les cons pour des gens.

no way to be
♠ âge du personnage: vingt-deux ans.
♠ activités: garçon de café.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 21 Juil - 23:58

    Oui. Le problème est souvent là. On y pense trop après. Parfois; mes personnages prennent trop de place dans mon petit cerveau. x_x

___________________
and if you go, i wanna go with you. and if you die, i wanna die with you. take your hand and walk away, the most loneliest day of my life.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-request.bbactif.com/
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Jeu 22 Juil - 0:10

    Moi c'est pire, quand je sors de certaines RPs, je suis dans le mood de mon perso. Quand t'as un vampire psychopathe... C'est pas évident xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias James
    la perfection propriété privée des parfaits.

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 26
pseudo : violet, sab.
crédit : georgie ♥️
citations : il faut arrêter de prendre les cons pour des gens.

no way to be
♠ âge du personnage: vingt-deux ans.
♠ activités: garçon de café.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Jeu 22 Juil - 0:14

    Rassures-moi, tu n'as jamais mordu personne? Simple question de prudence, je prends mes précautions! xD

___________________
and if you go, i wanna go with you. and if you die, i wanna die with you. take your hand and walk away, the most loneliest day of my life.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-request.bbactif.com/
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Jeu 22 Juil - 1:22

    Non, pas encore. Enfin, pas pour de vrai, niark niark! Et puis, je laisse un peu de suspense :P Non, mais je suis juste toujours en colère quand je sors de ce genre de RP mais avec Neil, ça sera pas du tout ce genre là. Pour une fois, je vais pas jouer un méchant, enfin je vais essayer ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davis Palladino

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 34
pseudo : nepenthès.
crédit : cyrine. unsospiro. black attack.
citations : la belle était la bête.

no way to be
♠ âge du personnage: 31 ans.
♠ activités: inspecteur à la criminelle.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Jeu 22 Juil - 21:02

LEE !!!!! T'as craqué !!
J'veux un lien de la mort qui tue (c'est bien, on est dans la même galère)
J'aime déjà ton perso. Faut dire Ryan ...

EDIT : zyva, genre c'est de ma faute si tu sors en colère du RP de vampire psychopathe. Pas de sa faute si Lili est faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Jeu 22 Juil - 21:29

Comment tu veux que je craque pas alors que tu me tentes à chaque fois. Sérieux, c'est ta faute (c'est toujours ta faute! Nah)
Je pense qu'ils sont bien placés pour savoir que la mort tue xD D'ailleurs, la tienne est hypra glauque, j'adore ;) Tu me connais hein.
(Tu crois que je l'aime pas ton perso? Punaise, James quoi!)

J'ai jamais dit que c'était ta faute hein, mais vu que tu te justifies, tu dois t'en vouloir d'avoir fait de Lili une si vilaine fille. Niark!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davis Palladino

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 34
pseudo : nepenthès.
crédit : cyrine. unsospiro. black attack.
citations : la belle était la bête.

no way to be
♠ âge du personnage: 31 ans.
♠ activités: inspecteur à la criminelle.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Jeu 22 Juil - 21:58

Meuh, j'ai rien fait. J'ai juste parlé que moi j'avais craqué.
J'avais envie d'une mort glauque et marquante. Histoire de changer des accidents ou des maladies pas voulus. Là quelqu'un l'a voulu. J'ai hâte d'en savoir plus sur Neil. J'adore le prénom d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve A. London
    superwoman persévérance et ravissement.

avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 24
pseudo : myu. june.
crédit : nemesis(c)
citations : the mistake the dead make is in tying to live again.

no way to be
♠ âge du personnage: 26 years old,
♠ activités: musician.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Lun 26 Juil - 18:55

    J'vais tout casser mais bon, j'étais pas là alors... bienvenue quand même :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcady Laeddis
    petit hobbit joufflu esprit diplomatique.

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 13/04/2010
pseudo : désert • emilie simon
crédit : beatnik beast
citations : " On devrait toujours être légèrement improbable. " oscar wilde

no way to be
♠ âge du personnage: 19 ans
♠ activités: serveuse dans un bar
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Ven 30 Juil - 11:55

    bienvenue bienvenue ! j'adore le prénom neil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-request.bbactif.com
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Ven 30 Juil - 19:10

Merci à vous. :)

J'avance tranquillement sur la fiche, elle sera prête sous peu. Désolée de ne pas avoir pu la faire aussi rapidement que je le fais d'habitude mais j'ai eu le chéri en vacances quelques jours alors l'ordi a pas vraiment chauffé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve A. London
    superwoman persévérance et ravissement.

avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 24
pseudo : myu. june.
crédit : nemesis(c)
citations : the mistake the dead make is in tying to live again.

no way to be
♠ âge du personnage: 26 years old,
♠ activités: musician.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Ven 30 Juil - 19:21

    T'inquiètes pas, du moment que tu la termines ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Ven 30 Juil - 21:12

Bien sûr, je vais pas lâcher mon perso de sitôt ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spencer Wellington

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 16/07/2010
citations : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce droit dans le mur, et accélérer quand même.

no way to be
♠ âge du personnage: 23
♠ activités: Publiciste
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Ven 30 Juil - 21:34

Ah ah, je pense exactement pareil, j'y tiens à Spencer
Bienvenue, et hâte de te compter parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve A. London
    superwoman persévérance et ravissement.

avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 24
pseudo : myu. june.
crédit : nemesis(c)
citations : the mistake the dead make is in tying to live again.

no way to be
♠ âge du personnage: 26 years old,
♠ activités: musician.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Ven 30 Juil - 22:26

    Ca fait plaisir de voir que certains membres sont vraiment motivés ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 4 Aoû - 0:16

Et voilà, avec une très longue mise en page - le truc qui soule le plus pendant les présa, je trouve, j'ai enfin terminé ma fiche!

J'espère qu'elle vous plaira et surtout que vous aurez beaucoup de plaisir à découvrir Neil. En tout cas, ça a été un vrai bonheur de développer ce perso que je vais adorer jouer, si vous me validez bien sûr. :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve A. London
    superwoman persévérance et ravissement.

avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 24
pseudo : myu. june.
crédit : nemesis(c)
citations : the mistake the dead make is in tying to live again.

no way to be
♠ âge du personnage: 26 years old,
♠ activités: musician.
♠ relations:

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 4 Aoû - 10:46

    Ta fiche est vraiment merveilleuse, je me suis régalée ♥. Mais dis, quel est le souhait de Neil après s'être sorti de la mort ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Adamson

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2010
Age : 28
pseudo : Lee
crédit : White Rabbit ; Doomsday ; Leavesden

MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   Mer 4 Aoû - 11:55

Ahah, le mystère! ^^

Non, mais j'avais vu avec Tobias et je vais envoyer un MP à l'un d'entre vous pour éclaircir la situation ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Neil Adamson - You've got to lose to know how to win.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chris Neil signe à...
» Améthyste Pearl Neil Jones
» Jane ❝ when you have nothing, we have nothing to lose ❞
» I am a unicorn. || Neil 2.0
» Scarlett O'Neil. ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
last request :: the life always begins so :: your history is an enigma :: the best-
Sauter vers: